AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Début d'une Colocation (Athéna Akuma)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Début d'une Colocation (Athéna Akuma)   Ven 24 Sep - 20:42

Elle avait hoché la tête alors qu'il maintenait sa proposition, et qu'il insiste ainsi semblait la satisfaire. La tension qui avait été palpable un peu plus tôt entre les deux semblait s'être dissipée progressivement pour disparaître finalement. Ils avaient l'air d'un peu mieux se supporter, et puis, elle souriait au moins. Alors qu'il cherchait machinalement ses clés, songeur, elle sembla lui expliquer qu'il n'avait pas grand soucis à se faire de ce point de vue, elle n'avait pas besoin de tous ces objets inutiles là pour établir un certain confort dans la vie des humains, semble-t-il. Soit, ça lui éviterait pas mal de problèmes, il n'aurait pas à se soucier de savoir si elle avait les clés de l'appartement sur elle... Et puis de toute façon, il y avait le concierge ; il pouvait bien le prévenir.. Aussi loin qu'il s'en souvienne, ce bonhomme rondouillard était plutôt agréable, bien qu'un peu sévère aux premiers abords. Après qu'Aleksej se soit présenté, la lycane esquissa un sourire, gênée, visiblement, et elle reprit à son tour la parole. Ainsi, son prénom était Athéna... Quoiqu'elle semblait lui signifier que son nom semblait correspondre en fait à une autre part d'elle-même... La véritable louve, peut-être bien. Cela semblait logique puisqu'elle ne semblait pas pressée de lui céder la place pour qu'elle rencontre le russe. Elle avait, cela dit, une carte d'identité sous un autre nom afin de lui éviter nombre de problèmes, ce qui fit presque sourire le jeune homme. Par ailleurs, "Akuma" signifiait "démon" en japonais, s'il ne se trompait pas. Pas étonnant qu'elle ait besoin d'un nom d'emprunt.

A la suite de ces mots, Aleksej partit et ralentit pour lui proposer d'y aller, c'est alors qu'il la vit sourire un peu plus encore... Depuis combien de temps n'avait-il pas vu un sourire aussi sincère ? Trop longtemps peut-être et il ne put empêcher ses lèvres de s'étirer en la voyant si joyeuse. En marchant un peu plus rapidement, la demoiselle arriva à le rejoindre, le russe put remarquer qu'elle avait dénoué ses cheveux, une longue chevelure d'argent qui masquait son dos en majeure partie. Le chemin jusqu'à la ville se déroula sans encombres bien qu'il se trouva être tout particulièrement silencieux. D'un autre côté, l'un et l'autre avaient tellement parlé dans les bois qu'ils n'avaient sans doute plus grand chose à se dire. Plus grand chose d'intéressant, en tout cas. Ils auraient pu peut-être parler de leur vie avant cette rencontre, mais pour ce qui était d'Aleksej, il n'y tenait absolument pas. Il aurait également pu lui parler du temps qui s'annonçait clair, ou lui faire part de la vie un peu à part qu'il vivait. Le russe n'était pas un humain comme les autres, dans le sens où il ne vivait pas une vie banale en prenant part aux combats que menait la Coalition, mais aussi dans le sens où le garçon était malade. Cette maladie le limitait dans ses mouvements et il passait beaucoup trop de temps à son goût à l'hôpital. Il lui arrivait d'y passer plusieurs jours d'affilés, et quand ce n'était pas le cas, il n'aimait pas à être enfermé entre quatre murs. Son appartement était simple, peut-être même triste, et il n'éprouvait pas grand plaisir à y rester longtemps. Il n'y avait rien à y voir, et s'il pouvait s'échapper ne serait-ce que pour s'entraîner un peu, il s'empressait de saisir l'occasion.

Lorsqu'ils arrivèrent dans la ville, cette dernière s'éveillait doucement. Quelques personnes partaient au travail et des étudiants semblaient attendre le bus qui les emmènerait plus ou moins vite jusqu'à leur collège, leur lycée ou peut-être autre chose. Quelques voitures, mais une allure mollassonne pour la plupart des êtres qui s'extirpaient paresseusement à une nuit plus ou moins reposante. D'autres étaient encore chez eux et ouvraient tout juste leurs volets, se retrouvant aveuglés par le soleil encore faible. Au milieu de tout cela, quelques uns étaient pleinement éveillés mais aussi fatigués par une nuit éreintante. Des courses poursuites, des chasses ou de simples rondes. Rien n'était reposant et chacun avait un mode de vie bien à lui. En observant d'un peu plus près les personnes qu'il croisait, Aleksej en venait maintenant à se demander si ces dernières n'étaient pas, parfois, comme Athéna. Si elles aussi elles n'étaient pas lycanes, et si elles ne vivaient pas normalement, comme les autres humains pour ne pas attirer l'attention sur elles. Toutes ces questions sans aucunes réponses ne le faisaient pas avancer plus rapidement, si bien qu'il prit partie d'en faire abstraction, au moins jusqu'à ce qu'il soit à son appartement. Après une longue marche à un rythme soutenu mais relativement normal, les quartiers résidentiels se montrèrent enfin. Alors Aleksej sortit la clé de son appartement tout en entrant dans le bâtiment, la galanterie aurait voulu qu'il laisse systématiquement passer Athéna devant lui, cela dit, pour cette fois, il faisait une exception car elle ne connaissait pas les lieux.

Son appartement était le tout premier et il se trouvait au premier étage. Un bref coup d'œil fut lancé à un casier portant son nom avant qu'il ne grimpe rapidement les marches des escaliers se présentant face à lui. Le casier était censé contenir le courrier qu'il devait recevoir, cela dit, étant donné l'heure matinale, il repasserait un peu plus tard. Arrivé au premier palier en quelques secondes, le russe dégaina la clé avant de déverrouiller la porte de son appartement, pour, finalement, y entrer comme à son habitude. Son premier réflexe fut de poser sa veste afin de l'accrocher à un porte-manteau se tenant non loin de l'entrée, puis il posa son arme et ses clés sur un meuble, avant de retirer ses chaussures. Un bref regard fut adressé à Athéna, suivi d'un sourire, l'invitant alors à faire comme chez elle, comme il lui avait déjà dit. Il allait parler, mais son regard fut attiré par autre chose : son répondeur. Un soupir s'arracha difficilement de son thorax avant que le russe ne presse un bouton, déclenchant alors l'écoute des messages laissés. Le premier avait été laissé par Satine : voisine et amie, membre, aussi, de la Coalition. Elle voulait simplement avoir de ses nouvelles et envisageait de le revoir prochainement. Le second avait un goût plus amer pour le jeune homme.

- Bonjour Aleksej, c'est le doct...
    ~ ... Effacé. Fin des nouveaux messages. ~

A l'écoute du début, le russe avait pressé précipitamment le bouton, effaçant ainsi le message laissé par un docteur quelconque... Sans doute une nouvelle convocation, ou des résultats d'examen. Peu lui importait tout ceci, le docteur rappellerait à l'occasion. Alors à nouveau, le jeune homme se retourna vers la lycane, son sourire avait disparu, il avait déjà bien trop souri dans les bois, bien trop souri pour aujourd'hui, peut-être.

- Encore une fois, vous êtes ici comme chez vous... Vous pouvez faire en ces lieux ce que vous voulez, sauf, si possible : répondre au téléphone... Cela dit vous pouvez appeler comme bon vous semble. La salle de bain est à gauche de la porte d'entrée et la chambre, à droite. Le salon se trouve un peu plus loin sur votre gauche et la cuisine, sur votre droite. Je dormirai dans le sofa.

L'appartement d'Aleksej était des plus communs, à la différence près qu'il n'avait aucune décoration. Pas de cadre, pas de tapis, et s'il y avait des rideaux aux fenêtres, c'est bien parce que le propriétaire avait pris soin de les placer avant son arrivé. Les meubles étaient basiques. La salle de bain était assez petite : elle ne comportait qu'une cabine de douche, des toilettes, un lavabo ainsi qu'une trousse de premier secours dans un coin. La chambre abritait une grande armoire presque entièrement vide et un large lit confortable. Non loin, une table de chevet sur laquelle reposait un réveil et dans un tiroir, un bouquin et des notes ; de nombreuses notes sur les vampires. Le salon était simple : un sofa, un fauteuil. Face à cela, une télévision plutôt petite, reposant sur un meuble vide. Une table ronde se trouvait à cheval entre la cuisine américaine et le salon, et une bibliothèque était collée au mur du fond. De nombreuses étagères étaient vides, et les seuls bouquins qui s'y trouvaient parlaient uniquement des vampires, que ce soit des romans ou autre chose. A cela, il avait ajouté un petit carnet où chacun de ses jours avait été décrit minutieusement. Il avait commencé ce carnet le jour de son arrivée dans la ville, quelques pages avaient ensuite été déchirées et son récit reprenait alors qu'il venait d'intégrer la Coalition. Il y avait là-dedans le compte-rendu de toutes ses missions, cela dit, le jeune homme y écrivait uniquement en russe alors il avait quelques doutes quant à ce que pourrait en tirer Athéna. Enfin la cuisine : ouverte, simple, elle avait beaucoup de placards pour peu de matériel et un frigidaire médium qui n'accueillait pas grand chose : des yaourts tout au plus.

- Des questions, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Re: Début d'une Colocation (Athéna Akuma)   Sam 25 Sep - 14:46

Ils avaient fait le voyage en silence, ce qui lui convenait. Athéna n'était pas particulièrement asociable, du moment que la société ne venait pas l'embêter. Elle ne voyait pas la nécessité de combler les blancs. Manifestement, Aleksej semblait partager cette opinion, cela inogurait plutôt bien l'avenir...
Le trajet fut court, lorsqu'ils arrivèrent, la ville semblait à peine sortie des bras de morphée. On sentait dans l'air une langueur sourde qui marquait le changement entre le monde de la nuit, et celui du soleil. Quelqu'un avait un jour dit que les Lycans étaient coincés entre les deux mondes, incapables de choisir un des deux univers. Athéna, elle, avait fait son choix depuis longtemps, l'obscurité était si vivante...

Ils parvinrent bientôt aux appartements du quartier résidentiel. Athéna constata avec un léger sourire que le sien était tout proche. Elle s'étonnait à présent d'avoir pu vivre à côté d'un humain aussi.. différent de ceux qu'elle connaissait sans même s'en rendre compte. Même s'il fallait avouer que "vivre" était un bien grand mot pour décrire l'utilisation qu'elle en faisait.
Ils grimpèrent au premier étage, où le jeune homme ouvrit la porte de son appartement. Athéna ne put s'empêcher de remarquer avec satisfaction que c'était exactement le même modèle de porte que son propre appartement (dont elle avait perdu les clés depuis longtemps...), au moins elle pourrait entrer et sortir à sa guise. Ce genre de serrure était très pratique pour qui possédait des griffes longues de 10cm.
Il entra le premier, et lui sourit, l'invitant d'un signe de tête à entrer, comme s'il l'enjoignait de faire comme chez elle. Elle avança de quelques pas et observa le lieu alors que son nouveau colocataire se débarassait de ses chaussures.

L'appartement était plutôt petit. Son regard détailla le salon, notant l'absence étonnante de la moindre décoration. Les mus étaient vides, désespérément nus. Il n'y avait que peu de meubles, et la bibliothèque pratiquement vide ne contenait que des ouvrages en rapport aux vampires. C'était une maison pour dormir et non pour vivre. Elle lui rappelait - à sa manière "civilisé", les repaires à peine aménagés des meutes de loup errantes.
Elle reporta son attention sur son nouveau colocataire qui se dirigeait vers le répondeur. Il avait deux messages, auquels elle ne porta qu'une attention distraite. Le premier était d'une de ses amies, manifestement, qui voulait de ses nouvelles et laissait la proposition d'une rencontre prochaine. Le second fut effacé presque immédiatement, d'un geste hatif qui ne lui échappa pas. Mais elle ne commenta pas la réaction de l'hémophile, c'était compréhensible, même si elle était parfaitement au courant de son état. A vrai dire, elle ne commençait que maintenant à se rendre compte de la gravité de la maladie.

- Encore une fois, vous êtes ici comme chez vous... Vous pouvez faire en ces lieux ce que vous voulez, sauf, si possible : répondre au téléphone... Cela dit vous pouvez appeler comme bon vous semble. La salle de bain est à gauche de la porte d'entrée et la chambre, à droite. Le salon se trouve un peu plus loin sur votre gauche et la cuisine, sur votre droite. Je dormirai dans le sofa.

Elle pencha la tête de côté à l'entente de la dernière phrase, perplexe. Ne lui avait-elle pas dit qu'elle ne vivait pas comme une humaine? Dans son propre appartement (du moins dans ce qu'il en restait), le sol de sa chambre était couvert d'une moquette si épaisse qu'on s'enfonçait jusqu'aux chevilles dedans, c'était pour une bonne raison. De toute manière, lorsque l'on souffre d'une légère tendance à la transformation nocturne, et que ses rêves tournent principalement autours des chasses et des courses dans les bois, mieux vaut éviter de s'emmitoufler dans des épaisseurs de draps. Du moins si on ne veut pas avoir besoin 1) de racheter le matelas, les draps, ect, 2) Si on ne veut pas avoir un loup-garou qui cauchemarde toutes les nuits qu'il est prit au piège dans un filet.

- Je suis d'accord pour tout mais tu peux garder ta chambre, je n'ai pas l'habitude de dormir dans des draps, ça fait paniquer Akuma...

Elle ôta machinalement ses chaussures et s'avança dans le salon, observant les lieux avec curiosité. Elle avait imaginé les maisons humaines autrement plus... personnelles? vivantes? D'un autre côté, lui même ne paraissait pas d'une nature particulièrement joyeuse...

- Des questions, peut-être ?

Elle s'assit dans le sofa, se lovant instinctivement, comme une sorte de gros chat, contre le dossier moelleux. Les humains étaient vraiment inventifs parfois!
Elle sourit à Aleksej, et secoua la tête. Elle avait bien sûr des questions, mais elle savait d'instinct qu'il valait mieux éviter de les poser.
Du plat de la main, elle lissa machinalement le tissu doux du sofa, les yeux dans le vide. Mentalement, elle mesura la pièce dans laquelle elle se trouvait et se releva avant de s'étirer. La nuit avait été longue, mais bientôt elle pourrait se reposer tranquillement.

- Si ça ne te gêne pas, je vais chercher quelques affaires. Ca ne prendra pas beaucoup de temps... ni de place.

Elle n'attendit pas la réponse et retourna à la porte d'entrée, enfilant rapidement ses chaussures pour ressortir. Son appartement n'était qu'à quelques centaines de mètres, et elle s'y rendit en une poignée de minute.

Rien n'avait changé chez elle. Les rares meubles étaient toujours aussi désespérément brisés, la cuisine - là où avait fini le combat, conservait cet apparence digne d'un champ de bataille, et même si le tout était impeccablement propre (quand on a un odorat aussi développé, la saleté passe mal), il restait une impression de carnage sanglant. Sans s'attarder, elle récupéra dans sa chambres quelques affaires (à savoir ses affaires de rechange, une trousse de secours spécial lycan, deux ou trois objets qui lui tenaient à coeur, et une trousse de dessin - elle adorait dessiner lorsque rien ne la dérangeait) puis passa dans la salle de bain, où elle saisit les affaires nécessaires à un lycan. Elle avait l'impression qu'Aleksej aurait une certaine surprise...
En fin de compte, ses bagages tenaient dans un simple sac à dos (à la constitution assez étrange dans la mesure où il paraissait avoir 4 bretelles...). Elle observa un instant les murs zébrés de déchirures et fini par détacher délicatement un dessin, fait au fusain d'une main de maitre, qui représentait un immense loup noir, l'air rieur, et une petite fille sur son dos. La joie qui transparaissait du dessin la fit hésiter un instant, puis elle le rangea avec précaution dans une pochette et repartit.

De retour dans l'appartement d'Aleksej (l'allez-retour n'avait prit qu'une dizaine de minutes), elle posa son sac dans le salon et en sortit une petite trousse de toilette (hélas) transparente qui contenait tout ce dont un humain a besoin... plus du shampoing pour chien anti-puce et une lime pour les griffes des chats. Avec un regard qui semblait le défier d'émettre le moindre commentaire, elle déposa le tout dans la petite salle de bain.

[je te laisse continuer, je n'avais pas trop d'inspi ^^']
[ps : pas de moqueries ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Début d'une Colocation (Athéna Akuma)   Mar 28 Sep - 14:47

Athéna sembla détailler les environs un long moment, mais la phrase que prononça le russe l'incita à pencher la tête sur le côté, tout particulièrement lorsqu'il aborda le sujet de la chambre. A la suite de ces mots, la lycane prit la parole, expliquant alors qu'elle était d'accord avec lui pour tout, mais qu'un seul point noir la dérangeait : la chambre. Il pouvait la garder car elle n'avait pas l'habitude de dormir dans des draps. Les dernières paroles confirmèrent ses premières pensées : Akuma paniquait à cette idée. Alors Akuma était bel et bien la louve... Comme lui plus tôt, elle retira ses chaussures tout en avançant, observant avec attention les alentours avant de prendre finalement place sur le sofa. L'idée selon laquelle la lycane ne dormirait pas dans son lit le dérangeait grandement, cela dit, lorsqu'il la vit prendre ainsi ses aises sur le sofa et ceci, avec le sourire, Aleksej reconsidéra son idée. Peut-être que, finalement, le sofa serait mieux pour elle : il était confortable, il faut l'avouer. Un léger silence s'était installé, silence qu'elle brisa en parlant à nouveau, lui expliquant qu'elle devait aller chercher quelques affaires, si tout ceci ne le dérangeait pas. A cela pourtant, elle n'attendit pas spécialement de réponse. D'un autre côté, que pouvait-il dire ? Un peu plus d'affaires dans son appartement ne pouvait pas faire de mal, sans compter qu'il y avait largement la place puisque ses propres biens n'étaient pas nombreux. Et puis il lui était inutile de se répéter, combien de fois déjà lui avait-il dit qu'elle était ici chez elle ?

Athéna retourna rapidement à la porte d'entrée avant de reprendre ses chaussures, après quoi la porte claqua faiblement et le silence retomba dans la pièce. Tant d'animation laissait Aleksej pantois, si bien qu'il mit quelques minutes à reprendre le cours normal de sa vie. En très peu de temps, il venait d'apprendre qu'une nouvelle race existait : qu'en plus des humains et des vampires, il y avait des loups. Par ailleurs, il avait eu le temps d'être sauvé par une lycane qu'il avait hébergé chez lui le temps qu'elle l'observe, visiblement intéressée par la Coalition. En effet, tout ceci changeait son quotidien monotone et jusqu'à ce qu'Athéna revienne, il n'avait pas le temps de faire quoi que ce soit. Prendre une douche serait malvenu puisqu'elle lui avait dit ne pas en avoir pour bien longtemps ; se reposer comportait le même problème. Il devait simplement attendre. L'idée d'écrire brièvement ses aventures d'aujourd'hui dans son journal lui traversa l'esprit mais il renonça bien vite, un peu trop affaibli par tout cela... Une vive douleur lui apporta alors une réponse et il ne trouva rien d'autre à faire que de soigner un peu mieux son bras. S'assurant à plusieurs reprises que la lycane n'était pas de retour, Aleksej retira ses gants et son haut avant de contempler le bandage recouvrant son bras, déjà imbibé de son sang. Il prit soin de le retirer avec précaution avant de désinfecter à nouveau, laissant un peu son bras à l'air libre. La chose lui prit tout de même cinq bonnes minutes et il préféra regagner le salon - après avoir ré-enfilé son haut - en attendant que la lycane revienne, ce qu'elle ne tarda pas à faire.

Elle avait mis, globalement, dix minutes à tout réunir et voilà qu'elle revenait avec un sac à dos. Rien d'excessif semble-t-il, des affaires de rechange simplement, ainsi qu'une trousse de secours et une autre, de toilette. Le reste des ustensiles divers et variés lui échappa et il ne chercha d'ailleurs nullement à voir de quoi il s'agissait. Athéna posa son sac dans le salon avant d'en sortir une trousse transparente, laissant voir divers produits de soin ainsi que d'autres accessoires sortant de l'ordinaire tels qu'une lime qu'on utilisait d'ordinaire pour les griffes des chats, ou encore un shampoing pour chiens destiné à éradiquer toutes traces de puces. Le russe ne manqua pas de croiser un regard assassin qui le défiait de rire un seul instant... C'était bien mal le connaître, car les lèvres du jeune homme ne vibrèrent pas, pas même légèrement. Pas un sourire, rien et il la laissa aller s'installer dans la salle de bain. Aleksej attendit encore quelques instants qu'elle ait terminé avant de lui exprimer son programme pour la journée. Rien de bien extraordinaire, il en avait déjà fait bien assez. C'est presque avec timidité qu'il prit la parole, joignant ses mains à nouveau gantées.

- J'envisage de prendre une douche, puis d'aller dormir un peu... Alors si vous souhaitez faire quoique ce soit dans la chambre ou dans la salle de bain, je vous y invite dès maintenant.

En attente de quoi le jeune homme se dirigea de lui-même jusqu'à sa chambre, s'attardant devant les tenues proposées. Pour dormir, la plupart du temps, le russe revêtait une tenue de tous les jours : un simple jean assez large et, ainsi qu'un tee-shirt près du corps aux manches longues, blanc, avec un logo quelconque inscrit sur son torse. Le jeune garçon n'avait pas pour habitude d'avoir un sommeil agité si bien qu'en se levant, son tee-shirt n'était pas même froissé. Il dormait ainsi uniquement afin d'être prêt à toute éventualité si, par hasard, en pleine nuit, on le surprenait dans son sommeil. Plutôt pudique, il n'était pas dans le genre du russe de se lever en pyjama ou de dévoiler sa peau plus qu'il ne le fallait. Il s'empara alors de cette tenue avant de regagner la salle de bain après s'être assuré qu'Athéna en avait terminé. La salle de bain était bien la seule pièce qui l'avait vu nu. Alors il retira ses gants et son haut une nouvelle fois, non sans déplorer l'état de ce dernier, puis il fit de même avec son pantalon et son caleçon, peu avant de se glisser sous une douche salvatrice.

Là encore un imprévu survint et son téléphone sonna à nouveau, le stoppant en pleine élan. Trempé, le jeune homme ne put retenir une injure russe alors qu'il sortait de la douche précipitamment. N'oubliant pas la présence de sa nouvelle colocataire, Aleksej s'enveloppa dans un peignoir avant de ressortir peu avant que son interlocuteur ne raccroche. Un bref soupir s'échappa de ses lèvres lorsqu'il entendit à nouveau la voix du docteur qui avait laissé, plus tôt, un message sur son répondeur... Pourtant il resta attentif et ne se préoccupa pas vraiment de la flaque d'eau se formant à ses pieds, inondant maintenant son plancher. Il ne s'agissait finalement que d'un rendez-vous, une sorte de point qu'il devait faire avec son docteur pour voir l'avancée du traitement, d'éventuelles nouveautés... Bref, rien de bien intéressant et c'est en soupirant plus lourdement que le russe adressa un bref regard à Athéna après avoir raccroché.

- Ma patrouille du soir risque d'être retardée, je dois me rendre à l'Hôpital... Ah et je nettoierai l'eau dans le couloir...

C'est presque dépité que le jeune homme retourna à la salle de bain. Il finit de prendre sa douche et se sécha avant d'envelopper à nouveau son bras blessé dans des bandelettes de tissu. Aujourd'hui allait encore être une longue journée et il n'allait sans doute pas trouver le sommeil de sitôt. Pourtant il fit l'effort de paraître naturel. Il sortit donc habillé et prit soin d'éponger la flaque d'eau qu'il avait entrainé en répondant au téléphone. Après quoi un ménage sommaire fut réalisé dans la salle de bain et le jeune garçon retourna dans sa chambre, allant y chercher son porte-monnaie. Il en extirpa quelques billets et revint au salon, non loin d'Athéna avant de poser l'argent sur la table en bois. Ses yeux se posèrent vaguement sur la silhouette de la lycane tandis que le russe s'efforçait de rester éveillé.

- Voilà de quoi acheter de quoi manger si besoin est... C'est moi qui offre. Sur ce, à plus tard et bonne nuit, peut-être. S'il y a un problème quelconque, n'hésitez pas à me réveiller.

Mécaniquement, Aleksej tourna les talons et regagna sa chambre en laissant simplement la porte entrouverte. Tant de choses lui étaient arrivées qu'il ne tenait pas debout et n'eut pas même la force de se glisser sous les draps. Tel un jeune enfant, il se laissa simplement tomber sur le matelas qui épousa la forme de son corps. Les bras d'Aleksej se joignirent sous sa tête et il mit tout juste une heure à s'endormir... Ce, pendant plus de temps qu'il ne l'aurait pensé car la soirée venait de débuter alors qu'il se réveillait. Le russe avait pour habitude d'être clairement éveillé dès lors qu'il ouvrait les yeux. Ses idées étaient en place, il savait l'heure qu'il était et il se souvenait avoir accueilli une lycane. L'idée d'un simple rêve ne lui traversa pas l'esprit et il se leva assez rapidement pour quitter sa chambre. Son premier réflexe ne fut pas d'aller prendre un petit quelque chose à manger, mais bel et bien de recharger son arme. Les chargeurs se trouvaient en partie dans le meuble à l'entrée, et c'est après avoir calée l'arme dans son pantalon d'une main, puis s'être recoiffé négligemment de l'autre, que le jeune homme regagna la cuisine et s'empara d'une simple pomme, posée dans une coupe de fruits. Nouveau soupir alors que ses yeux se posèrent sur l'horloge, puis sur Athéna... Il ne restait plus beaucoup de temps avant qu'il ne parte pour l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Re: Début d'une Colocation (Athéna Akuma)   Mar 28 Sep - 18:56

Contre toute attente, non seulement son nouveau colocataire ne se moqua pas, mais ses lèvres ne frémirent même pas. Elle avait l'impression que ce n'était pas à cause de sa mise en garde silencieuse : le jeune homme semblait dormir debout...
Elle posa la trousse sous le lavabo et ôta quelques feuilles et brindilles de sa chevelure dénouée. Les miroirs étaient très pratiques dans ce genre de situation...
Mais, consciente qu'Aleksej n'attendait que son départ de la salle de bain pour y aller, elle en sortit rapidement, froissant les feuilles mortes dans sa main alors que son regard cherchait machinalement une poubelle. La voix calme et posée du russe la fit se retourner.

- J'envisage de prendre une douche, puis d'aller dormir un peu... Alors si vous souhaitez faire quoique ce soit dans la chambre ou dans la salle de bain, je vous y invite dès maintenant.

Elle sourit, amusée par sa politesse infaillible et secoua la tête, indiquant d'un geste infime du menton son sac qui trônait au pied du sofa.

- Non, c'est bon, je vais ranger mes affaires. J'attendrais que tu sortes...

Il ne répondit pas, se dirigeant vers sa chambre d'où il revint rapidement, porteur d'une tenue qu'Athéna aurait pourtant associé à la journée. Elle haussa un sourcil interrogatif, mais il s'engouffra dans la salle de bain sans remarquer sa question muette. Quelques minutes plus tard, après un bruit de frottement si infime que seules ses oreilles étaient capables de percevoir, elle entendit la jet de la douche s'activer, portant au delà de la porte les odeurs mêlées de sang, de cuir et de peau humaine. Cette dernière fragance était si amère qu'elle apporta une réponse très nette à la question que se posait Athéna : seule une peau en contact quasi-permanent avec des étoffes quelconque acquérait une odeur aussi peu humaine. Il était sans doute pudique à l'extrème...

Retournant à ses affaires, elle sortit ses tenues de rechange de son sac et observa un instant la petite pièce autours d'elle avant d'ouvrir le meuble sous la télé et d'y ranger ls vêtements impeccablement pliée. Quand on est un loup garou, le principal inconvénient reste les vêtements : rares sont ceux qui restent à peu près décent après une transformation et une course dans les bois (voir un combat avec un Vampire). Aussi la plupart des lycans avaient-ils un soin tout particulier envers les étoffes qui leur résistait. Elle revint à son sac, fouillant un instant avant d'en extraire une boite de fer qui émit un bruit de grelot, et une paire de dague, qu'elle ajouta dans l'autre partie du meuble. Elle pouvait laisser les autres affaires dans le sac, ce n'étaient pas des choses qu'elle aurait besoin de saisir dans la précipitation.

Alors qu'elle s'allongeait sur le sofa, s'étirant comme un gros chat, elle entendit une sonnerie stridente qui l'obligea à se plaquer les mains sur les oreilles avec un grognement agacé. Le coulis paisible de l'eau s'éteignit sur un mot étranger proféré de telle manière qu'il ne laissait guère de doute quand à son sens, puis Aleksej en peignoir de bain traversa la pièce dans un floc floc qu'elle perçut malgré les braillements hystériques de l'engin de communication. Il se saisit du combiné et le porta à son oreille, dégoulinant sur le plancher. Amusée, elle fixa le sol qui s'inondait peu à peu puis remonta sur le visage fermé de son colocataire. Ses cheveux trempés collaient à son visage et sa nuque, renforçant l'impression de pâleur de son visage fermé. Il raccrocha avec un soupir dépité qui la surprit un peu. A quoi s'attendait-il?

- Ma patrouille du soir risque d'être retardée, je dois me rendre à l'Hôpital... Ah et je nettoierai l'eau dans le couloir...

Il se dirigea de nouveau vers la salle de bain, mais Athéna avait eut le temps de percevoir la manche du peignoire qui se tachait peu à peu de rouge. Elle commençait à réaliser à quel point sa maladie pouait être gênante, même si elle ignorait qu'elle était mortelle.
L'eau se remit à couler, le bruissement léger des gouttes tombant au sol était appaisant. Elle s'allongea de nouveau sur le sofa et ferma les yeux, savourant le moelleux de ce qui lui servait de lit. Peu après, le bruit de la porte s'entrouvrant la tira de sa somnolence. Aleksej se dirigea vers la table et posa dessus quelques billets. A voir son air endormi, il ne rêvait que de dormir.

- Voilà de quoi acheter de quoi manger si besoin est... C'est moi qui offre. Sur ce, à plus tard et bonne nuit, peut-être. S'il y a un problème quelconque, n'hésitez pas à me réveiller.
- Merci, c'est gentil.
*Mais absolument pas nécessaire.* Bonne nuit...

Il n'avait sans doute pas bien compris l'allusion à l'absence de besoins humains. Quand elle avait besoin de manger, elle "achetait" en forêt, la nuit, sous forme de louve, et ça lui suffisait généralement pour la semaine.
Elle l'observa se diriger d'un pas mécanique vers sa chambre et sourit en entendant le sommier grincer légerement. Puis elle se leva et se dirigea vers la salle de bain où elle prit sa douche.Elle resta longtemps sous l'eau chaude. Elle adorait la sensation grisante de l'eau brûlante qui coulait dans ses cheveux, dans son dos, sur son ventre, c'était... proprement délicieux. Voilà quelque chose qui lui manquerait quand elle repartirait...

Lorsqu'elle sortit enfin (après un long moment passé à chercher assez de serviettes pour se sécher les cheveux), elle entrouvrit une fenêtre et jeta un coup d'oeil dans la rue qui passait en dessous. Un soleil maussade éloignait les ombres de la nuit, quelques personnes bien enveloppées dans des épaisseurs de manteaux parcouraient à pas pressés la route en contrebas. C'était... calme.
Avec un sourire, elle referma les volets et se dirigea vers le sofa où elle se roula en boule comme à son habitude. La tête posée sur son bras, les genoux repliés, elle donnait l'air... d'un gros chat d'appartement. Très grand, très touffu et très content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Début d'une Colocation (Athéna Akuma)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Début d'une Colocation (Athéna Akuma)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: Souvenirs :: Archives :: Rps clos :: Chapitre Premier :: Rps Ville-
Sauter vers: