AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moonlight's calling ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bran Lockwood
Lycan
avatar

Messages : 7
Messages rp : 2
Date d'inscription : 15/12/2010
Age : 22
Localisation : Locked in the Wood.

Identification
Âge: 200 ans
Statut:
Relations:

MessageSujet: Moonlight's calling ~    Jeu 16 Déc - 0:04

Personnage prédéfini ? : Non.


Nom : Lockwood
Prénom : Bran, Axel


Âge : 200 ans.
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Rang : Lycan
Statut au sein de la meute : Mercenaire. N'appartient pas spécifiquement à une meute précise. C'est un vagabon.


Apparence en tant que Loup :

· La fourrure :

Longue, lisse, soyeuse telle de la soie, elle est aussi belle qu’intimidante en raison de sa couleur d’un noir profond, tel le plus noir de tout les rêves qui puissent hanter le pauvre cœur des humains. De son garrot jusqu’à ses coudes se dessine d’une façon des plus symétrique une strie d’argent légèrement inclinée vers l’avant comme deux lames de sabres fins, affûtés, aussi coupants que des lames de rasoir. Cette unique tâche est la seule impureté qui salisse –si l’on peut le dire ainsi- cette magnifique ombre qui se fond au cœur de la nuit noire. Peut-être pas la seule. Pendant la journée, s’il se transforme, les rayons du soleil révèleront de légers onces de roux sur cette fourrure toute sortie des plus profonds abysses connus.

· La tête :

Carrée, allongée et parfaitement proportionnée au reste de son corps, elle surplombe d’une vingtaine de centimètres le garrot bien dessiné de l’animal. Elle commence –ou termine- sur une nuque et un cou puissamment musclé. Son front est surplombé d’une paire d’oreilles bien dessinée et dégagée de la masse de poils qui recouvre sa nuque afin de protéger ses cervicales du froid et des impacts. Ces deux oreilles cèdent donc place à des yeux gris aussi clairs que l’eau de roche décorés d’une pupille aussi noire que sa fourrure. L’extrémité de sa truffe est sans cesse humide et luisante, et surplombe ainsi un museau court, droit et assez épais camouflant ainsi une arme redoutable. En effet, sa mâchoire large et puissante laisse entrevoir de longues canines blanches plantées solidement dans ses gencives roses de façon à tenir ses proies immobiles sous peine de leur broyer immédiatement le cou. Un peu plus bas, son poitrail est orné d’un collier de longs poils fins qui lui donnent une certaine élégance et qui présente certaines similitudes avec la crinière d’un lion, bien sur nettement moins longue et fournie.

· L’ossature et l’aplomb :

Ses épaules son larges et carrées, recouvertes de puissants muscles qui lui confèrent alors une vitesse et une force impressionnante, bien que sa taille nuise à son agilité. Ses coudes son saillants et dominent des pattes fines mais puissantes et robuste, ses articulations sont plus larges que les os qui les relies et ces pattes quasiment parfaites se terminent par des griffes imposantes, noires tout comme la fourrure de la bête. Il en va de même pour les pattes postérieures : arquées et légèrement galbées au niveau de la cuisse en raison de sa posture pareille à celle d’un berger allemand- c’est à dire les pattes postérieures renvoyée vers l’arrière et les antérieures à la normale du sol- sa queue au repos tombe droite entre celle-ci mais parvient à facilement se hérisser en présence d’un quelconque danger. Son bassin est parfaitement aligné à l’axe de sa colonne et de ses épaules et aucun défaut ne vient paraître dans la symétrie dorso-ventrale de son corps. Enfin ses puissants muscles sont recouvert d’une peau duveteuse elle même recouverte de ses longs poils soyeux qui abondent à ses fanons et à son garrot. S’il veut intimider, il ne lui suffit qu’à affaisser la tête tout en bombant son torse épais et en hérissant le poil lui recouvrant les épaules et la queue. Il devient alors des plus impressionnant, ce qui signe le mâle à caractère dominant.




Physique en tant qu'Humain :

« L’Homme et la bête ne sont que trop semblable. L’Homme parvient difficilement à masquer les expressions de l’animal qui l’habite. »

C’est cette citation qui présente le mieux le physique de Axel. En société, il parvient à oublier difficilement son allure animale et laisse parfois quelques expressions le trahir. Il lui arrive de grogner et d’effectuer des grimaces rappelant un loup agressif qui retrousse ses babines afin de mieux montrer ses crocs pour impressionner son adversaire, et parfois même de se gratter en repliant uniquement son index et son majeur pour se donner des coups frénétiques dans le cou. Le monde de fou dans lequel nous vivons peut parfaitement interpréter cela comme un tique, heureusement pour lui.

Il n’y a pas grand chose qui change par rapport à sa forme de loup, mais pas tellement de ressemblances non plus. Son système pileux n’est pas très développé, cependant ses cheveux noirs lui tombent aux épaules s’ils ne sont pas attachés mollement le long de sa nuque. Il en reste un jeune homme sportif dont l’âge est évalué aux environs de vingt-deux ou vingt-trois ans. Qui dit sportif ne dit pas forcément grand, cependant lui, il échappe à cette règle. Il domine d’une vingtaine de centimètres la plupart des jeunes hommes dont la moyenne de taille est d’environ un mètre soixante-quinze à un mètre quatre-vingt. Il est plutôt bien proportionné, avec des jambes assez fortes cachées par de larges pantalons en jeans dans le genre des baggy. Puisque nous en parlons, abordons un peu sa tenue vestimentaire et son style. Ce n’est pas qu’il est un individu complexé mais il ne se considère pas comme les autres, et il y a de quoi. Les épaules larges, similaires à celle d’un joueur de foot américain habillé de son plastron, sont sans cesse recouvertes d’un T-shirt ou d’un sweat « Rock » dont seul sa tête d’adolescent ne dépasse ainsi que ses avant-bras ou, dans le cas d’un sweat, uniquement ses mains décorées de bagues et de bracelets éponges. En bref un style de rebelle qui, nous le verrons, sera expliqué dans la présentation de son caractère.

Son visage, encore marqué par un air enfantin, n’était pas percé et sa peau semblait protégée de toutes impuretés ou cicatrices telles qu’elles soient. Il fallait dire que la régénération de sa forme de loup était plutôt utile pour ce genre de chose. Son métabolisme pouvait donc ainsi s’adapter à une hémorragie en concentrant le plus d’agents immunitaires à la zone blessée. Une seule d’entre elle ne pu alors s’effacer … Celle qui décorait son épaule gauche et qui le lançait toujours même après 180 ans à errer seul parmi les âges.

Rien ne pouvait trahir sa véritable nature si l’on ne connaissait pas sa forme nocturne ou si l’on connaissait la cause de cette marque ovale qui se refermait autour de son bras comme une mâchoire. Et c’était donc l’excuse qu’il donnait à ceux qui posaient la question de la provenance : « Ce n’est qu’une morsure d’un chien qui datte de mon enfance, elle a grandi avec moi et s’est répandue de façon difforme autour de mon bras » … Elle n’était pas véritablement difforme étant donné que cet incident lui avait permis de cesser de vieillir aussi vite que les humains. Son apparence n’avait en rien changé comparée à celle d’il y a près de deux siècles.

Caractère :

Comme pour tout être vivant, son mode de vie installe des habitudes plus ou moins correctes à l’égard des autres et même parfois vis-à-vis de lui-même.

" Think Twice Before You Touch Her Face ~ “

- Protecteur.

Voila un des plus gros défauts du jeune lycanthrope. Sa sœur. Sa jumelle. Voilà tout ce qui lui importait. Il était loin d’être le frère parfait, et ne se souciait que de très peu de choses, mais le fait de savoir que Santana était en danger l’animait d’une force bestiale, incontrôlable afin qu’il s’en aille à son secours. Rien ni personne de pouvait toucher sa sœur tant qu’il était dans les parages et tout cela commençait à devenir un trouble obsessionnel : celui de tout donner pour la personne qui compte le plus pour lui. S'il s'attache à quelqu'un, il fera tout son possible pour que cette personne ne sombre pas dans les abysses de la vie, ou peut-être même de la mort. Faut-il rappeler que parfois les abysses de la vie sont encore plus terribles que celles qui envahissent la mort ...

" If you want, you can do it ! ~"

- Optimiste.

Là par contre, ce n'est pas un défaut à proprement parler. C'est une qualité qui, si elle est trop fortement prononcée, peut devenir facilement un défaut. Malgré le fait qu'il ait pour habitude de toujours s'en tirer, il n'en garde pas moins les pieds sur terre. Ses missions ne se sont jamais vraiment mal passées et il en est plutôt fier. Il n'a jamais vraiment eu de problème quant à son avenir si ce n'est une certaine méfiance pour les vampires. Il ne pense pas qu'un jour la race reprendra sa puissance d'antan, tout ce qu'il persiste à dire est :" Laissons faire le temps, uniquement celui ci pourra nous apporter les réponses que l'on se pose maintenant. Agissons du mieux que nous le pouvons en attendant cela."

" Are you listening to me ! I won't let you do that ! You're crazy !"

- Autoritaire.

Il parvient à se maîtriser et à se poser lui-même ses propres objectifs et ses propres limites. Il n'a jamais vraiment suivi d'exemple et ne se laissait uniquement guider par son instinct animal, lequel est toujours dominant sur l'instinct humain. En tant que loup, s'il vient à faire partie d'une meute il se plie volontiers à la hiérarchie établie, cependant, étant mercenaire, lorsqu'il est en mission il n'obéit qu'à lui-même tout en ne perdant pas le but de la besogne qui lui est confiée, sans quoi il ne serait pas un de ces espions renommés, il se contente de rester calme et assez passif du moment que sa sœur est en sécurité. Aussi elle est sa partenaire pour les missions, elle prouve qu'elle sait se battre et ainsi il peut de part lui-même garder un œil sur elle, ainsi le souhaite son instinct de loup et sa conscience de frère.

" Close your eyes and listen to the wind ~"

- Intelligent et Juste.

A quoi bon avoir des sens sur-développés si l'on ne sait pas s'en servir ? Sa vue est affûtée, son ouïe fine lui permet de déceler le moindres petit bruit, son odorat encore plus performant que celui d'un chien de chasse à cour lui donne la possibilité de flairer ses proies ou ses assaillants sur de longues distances à la ronde. Mais le domaine de la survie n'est pas l'unique domaine où il excelle. Le jeune loup -200 ans n'étant pas l'âge le plus important qu'un lycan puisse avoir ...-, depuis qu'il est humain, est un passionné de lecture et de théologie, sans pour autant être pratiquant. Pour lui, la religion de devrait être qu'un moyen de remettre le peuple dans le droit chemin sans faire en sorte que celui-ci soit assouvi au gouvernement. Il adopte ainsi le point des grands philosophes d'Europe et repose parfois même sur quelques thèse liées au Jansénisme. Mais, outre les intérêt, parlons des passions et des sujets qui l'attirent. Nous disions : La théologie. Le grand nord ... Les plaines gelées de la Finlande, de la Suède, toutes ces terres qui regorgent de mythes et de légendes si différents de ceux d'Athènes. Il avait fait le rapprochement de sa situation à celle de ladite religion Ase. Le Fenrir. Pour lui, cette transformation ne pouvait être que le fruit de cette bête maudite. Longtemps il a essayé de trouver des points d'appuis à ses recherches mais en vain. Tout cela pour conclure qu'Axel est un littéraire, un penseur, comme on les appelles plus communément.
Son sens de la justesse est tout aussi prononcé que celui de sa culture. Si un vol est commis, cherchons d'abord à savoir qu'est-ce qui l'a poussé à être. La faim, le froid, la peur. Si un individu cumule ces facteurs là, ou dans le pire des cas, tous ces facteurs cités, alors le délit n'est qu'une simple méthode de survie. Plutôt qu'être jugé et envoyé en prison, ou alors d'avoir à payer une rançon, pensons plutôt à lui fournir un travail, de quoi se chauffer et de quoi manger. Ainsi se poursuit son raisonnement. Il n'y a pas de mauvais hommes. Simplement de mauvais Fondement.
Au sujet de cette justice propre à Axel, Bran lui ne s'y plie pas. Il est rare qu'il fasse partie de meute en raison de son travail et il est clair à préciser que cette besogne va grandement à l'encontre des principes : Espionnage, prise en chasse, parfois même chasse à l'homme ou au vampire ... Il assume ses erreurs toujours avec cette once d'optimisme qui fleurit sans cesse en lui et dans son sourire et prendra à jamais la défense de sa sœur si jamais celle-ci se retrouvait plongée dans un gouffre.

Histoire :

~Douce enfance au sein des siens~

Il n'y a rien à redire quant à son enfance qui s'est déroulée plutôt tranquillement. Il était venu au monde en Pologne, dans les contrées froides et hostiles de l'Europe du Nord. Ses parents, avant de venir s'installer dans ces contrées reculées du reste du monde, étaient partis s'installer dans une ancienne colonie Anglophone, dans les tropiques dont le nom échappait au jeune homme. Suite à de nombreuses épidémies de rage, il remontèrent en Europe en l'espoir de pouvoir y trouver un peu de paix, là où ils étaient surs que la maladie ne les suivrait pas. Revenons en à sa naissance. Ses premières années aux côtés des Lockwood et de sa sœur étaient paisible. Contrairement à elle qui restait sans cesse calme et qui ne s'inquiéter pas vraiment de ce qui l'entourait, il vint alors à beaucoup se rapprocher d'elle afin de mieux pouvoir la surveiller sur la faune et la flore hostile qui les entouraient tout au long de l'année.La famille vivait de façon rudimentaire, elle ne prenait que ce dont elle avait besoin, elle était donc ni riche, ni pauvre, bien que dans cette contrée et dans le village dans lequel elle vivait n'apportait pas vraiment de quoi devenir riche si ce n'est en voyageant et en se faisant pasteur ou tout autre forme de Clerc.

Dès son plus jeune âge, à l'âge de six ou sept ans, il s'intéressait à la littérature , à la théologie et à la philosophie. Ses parents étaient accablés de voir à quel point leur fils pouvait être mûre à son âge en dehors de la simple éducation qu'ils apportaient à leurs enfants en dehors de la vie de famille. C'était alors une enfance paisible sans trop d'évènements qui entourait les deux jumeaux.

Les années passaient et son père commençait de plus en plus à devenir proche de son fils. Tout les trois jours il l'emmenait en forêt afin de lui apprendre à traquer le gros gibier et à se méfier des traces de loups et d'ours qui se rapprochaient souvent trop près des habitations pendant l'hiver, quand la nourriture se faisait plus rare. A la veille de ses dix-huit ans, son père lui assurait qu'il deviendrait un homme digne en réussissant à ramener une peau de loup à la famille comme trophée des grandes battues qui s'offraient aux jeunes hommes qui franchissaient le seuil de leurs enfance. Cependant, Bran n'en était que trop peu fier. Il était encore naïf et le Fenrir de la mythologie Ase était une de ses bestioles qu'il redoutait au plus profond de lui-même. Il ne pouvait se représenter une meute qui rodait tout autour de lui et envisageait alors de se cacher, avec l'aide de Santana, sa sœur qu'il protégeait et qui le lui rendait très bien : en effet, s'était toujours elle qui parvenait à trouver les meilleures cachettes pour. Deux ans passèrent ainsi, sans que quiconque ne demande rien au jeune homme jusqu'au jour de ses vingts ans. Son père lui avait gentiment tendu une embuscade en le prenant la main dans le sac et le pauvre jeune homme n'avait d'autres choix que de le suivre à cette horrible chasse...

~La nature l'emportera toujours sur l'Homme~

Quelques heures après le départ, les adultes laissaient leurs fils dans les bois, sur un petit campement afin de les laisser seuls en forêt pendant un bon moi. La seule pensée qui traversait l'esprit du jeune homme ténébreux était, mis à part le dégout de tuer un loup, ce que sa soeur deviendrait sans lui, lui qui était le seul à pouvoir la faire sortir un peu de temps à autres et parfois même à la faire rire. Qu'il aimait ces moments.
Les premiers jours se passaient sans grandes embrouilles. Il était le plus vieux et il commandait tout une petitre troupe de jeunots de dix-huit ou dix-neuf ans. Ils lui obéissaient comme s'il était un chef pour eux, cependant, cela ne les aidait pas à trouver leur nourriture et le bon endroit pour poser le camp. Jamais Bran n'avait été confronté à cette situation et tous les jours passaient de gré ou de force, ne le laissant pas indifférent. Si on eut à lui demander ce qui l'angoissait le plus outre sa soeur, c'était d'entendre les hurlements féroces des meutes qui étaient situées non loin de leur campement, aussi, tout le monde dormait avec son arme à portée de main, juste au cas où un loup s'infiltrerait dans le camp.

Une semaine était passée avec toujours cette crainte de manquer de vivres. C'était comme une épreuve de survie et nombreux étaient ceux qui finissaient par abandonner et rentrer chez eux sous les yeux d'argent du chef du camp. Une fois toutes les réserves de nourriture épuisées, et la meute n'approchant pas, ils décidèrent alors de déplacer le camp sur une demi-lieue, là où les traces de la dernière meute persistaient. Bran était parti en éclaireur pendant que les autres levaient le camp et il ne s'attendait pas du tout à se perdre dans l'immensité des forêts épineuses .... Le temps était mauvais et la neige qui tombait avec abondance de tardait pas à recouvrir ses propres traces. Des ombres blanchâtres se dessinaient en raison du vent qui soulevait la poudreuse qui recouvrait d'une bonne dizaine de centimètres l'humus d'habitude odorant, frais et humide du bois. Elles étaient pareilles à des fantômes perdus qui se heurtaient au troncs charnus, dénudés et morts avec frénésie. Le climat qui s'était alors abattu autour de lui n'avait rien de bon. La brume légère épaississait l'air et il ne voyait pas grand chose à cause de celle-ci et de la tempête de neige qui faisait rage. Aucun bruit, même celui du vent semblait s'être tu tellement il était sourd, c'était un silence angoissant dans lequel il était plongé sans aucune échappatoire possible. Un atmosphère frustrant qui le noyait et qui commençait à le pétrifié tant il perdait en confiance en lui à ce moment là. Rien ne bruissait et il était totalement déstabilisé, tenant fermement son fusil en joue.

~Une rencontre quelque peu inattendue et effrayante ~

Son regard jonglait entre les troncs, il ne se sentait pas bien et le froid venait lancer sa chair déjà meurtrie par une légère faim et la fatigue. L'ambiance lugubre de cette forêt noire lui pesait sur les épaules et il ne savait pas où fixer son regard, seulement, il n'avait pas fait abstraction d'un mouvement qui se produisait dans son angle mort. Là, dressé dans les fougères, les babines remontées à son museau, se tenait un énorme loup gris, anormalement grand. Il émit un grognement rauque qui fit se retourner lentement l'humain. Quand ses yeux d'argent rencontrèrent les yeux d'or de la bête, il arma son fusil en tremblant, de froid et d'effroi devant le fauve énorme. Il resté crispé à son fusil pendant que l'animal le regardait de haut en bas avant de s'enfuir. Bran n'en revenait pas. L'avait-il épargné ? Avait-il flairé une meilleure proie que le frêle humain ? Qui sait. Bran se détournait et reprenait son chemin en courant dans le sens opposé à celui qu'il avait emprunté pour arriver jusqu'ici. Il n'avait qu'à aller tout droit pour arriver au camp mais la fatigue l'emporta et il finit par s'affaisser contre un tronc, à bout de force. Un hurlement retentissait à une distance qu'il ne pouvait en rien deviner, trop fatigué, même pour réfléchir. Des secondes, des minutes ... Des heures qui sait, s'étaient écoulé alors qu'il n'effectuait aucun mouvement à choir contre cette arbre froid, dans la neige qui commençait à le recouvrir. il imaginait alors à cet instant sa famille. Son père devait être en train de couper du bois à l'heure qu'il était, sa mère préparait certainement un bon ragoût ... Et Santana ? Que faisait-elle seule, sans lui ? Souriait-elle ou bien était-elle en train de penser à lui secrètement dans sa chambre voisine à la sienne ? Intérieurement il sentait parfaitement un manque d'elle, tout comme il devait lui manquer.

Un grognement rauque se fit entendre et la créature reparut, le dos et la queue hérissés, les crocs dévoilés d'une manière encore plus féroce que lors de leurs précédentes rencontre. Bran reprenait maladroitement son fusil afin de le mettre en joues et visait la tête de l'animal, il n'eut pas le temps de correctement ajuster le petit pilon de fer qui servait de viseur que déjà elle le percutait de plein fouet, l'envoyant rouler sur trois ou quatre mètres de distance. Le premier réflexe du chasseur fut de se protéger avec son avant-bras mais sous la poussée de la masse de l'animal lancée en pleine vitesse ne l'empêchait pas de se heurter au sol. Il était d'une force époustouflante ... Bran lui mit avec une certaine agilité un coup de crosse sur le front ce qui le fit gémir férocement avant d'agripper son bras entre ses crocs, arrachant un hurlement au jeune homme. A partir de ce moment, s'en était fait de lui. L'animal s'échappa tout comme il était apparu en laissant le mordu gémir de douleur, seul en pleine forêt. Il utilisait ses dernières forces pour tirer trois coups de feux afin d'alerter les autres qui n'étaient certainement pas très loin, en priant que ceux-ci le retrouve.

~ Séjour écourté ~

Il se réveillait au coin du feu, un de ses camarades était en train de le border. Il faisait bon ici et il se redressait difficilement en gémissant suite à la douleur que lui causait encore son bras. Des multitudes de questions vinrent s'ajouter à ses plaintes, il n'en comprenait qu'une partie et s'efforçait de répondre à toutes par un "Je n'en sais rien" ou bien par un "Je ne sais plus ...". Il était livide et affaiblit et cela faisait cinq ou six jours qu'il comatait ainsi. Ils en étaient donc à la seconde semaine ... Et aucun loups n'avait été attrapé ... Premièrement, l'idée d'avoir à tuer une de ces bêtes le répugnait et maintenant qu'il avait été attaqué, il ne souhaitait plus croiser ne serait-ce qu'un chien errant ou, ans le pire des cas, un loup. Peut-être qu'il avait été infecté par la rage suite à cette morsure ? Toutes les idées qui le traversaient étés sombres mais il y avait toujours un brin d'optimisme en lui, uniquement de part le fait qu'il pensait à sa sœur jumelle.

Personne n'osait le déranger en raison de la fièvre et de la maladie qui commençait à le prendre. Maux de gorge, de ventre, de tête. Sa pilosité quasi-inexistante s'était développée, on eu cru penser à cause du froid mais la raison en était toute autre. Les jours passaient ainsi et les nuits étaient de plus en plus clair. La pleine lune approché et en même temps la douleur du jeune homme s'amplifiait, il avait l'impression que ses os se déformaient, que ses entrailles se tordaient et ne parvenait plus à digérer correctement les soupes que ses camarades lui tendait. Il finissait par tout vomir et laissait finalement tomber. Il sentait le malheur tomber sur ses épaules alors que sa douce Santana était au domaine et qu'elle l'attendait avec impatience ... C'était un triste sort qui l'attendait là et pourtant il n'avait rien fait de mal pour que le destin ne s'acharne ainsi sur lui. Il ne pouvait qu'attendre.

~ La lune et ses mystères ~

Le jour de la nouvelle lune, il sortit enroulé dans ses couvertures, il chancelait de droite à gauche dans sa marche comme une faon qui viendrai de naître. Il était fragile et affaibli mais il n'avait pas l'intention de succomber. Il faisait presque nuit et les autres avaient choisi ce moment pour aller traquer le loup, n'ayant eu aucune prise durant la journée. Il s'affaissait donc contre un arbre, gémissant de douleur et de fatigue, essoufflé : il ne pouvait trouver le repos. Soudain une de ses articulations craqua en lui arrachant un cri de douleur puissant. Il avait réussi à soutenir la douleur importante jusqu'à maintenant, mais s'en était trop ! Son corps se défaisait sous lui pour se reconstruire avec lenteur, lui arrachant des hurlements déchirants, les larmes lui montant aux yeux pour la première fois de sa vie en raison de la douleur trop importante dans laquelle il était noyé. C'était comme si de petits êtres en lui s'amusaient à ronger ses chairs et ses os pour les détruire et les reconstruire, plus long et plus massifs. Il était totalement engourdit pendant que son squelette se refaisait. Ses organes ne tardèrent pas à suivre le mouvement, il sentait son ventre se tordre, et se courbait dans la neige, se tordant dans tout les sens comme si un feu invisible s'était subitement déclenché sur son corps. La douleur était trop importante mais il ne parvenait pas à tomber dans les pommes, ni à comater afin de permettre au temps de passer plus vite. Il sentait sa nuque se broyer comme si un étau la serrait et sa mâchoire lui faisait mal. Les craquements sinistres de son crânes résonnaient dans ses oreilles bourdonnantes du sang qui affluait dans ses tempes et qui organisait alors une série de battements pareils à des tambours de guerre. Il stagnait, avant de s'écrouler dans la neige, crachant un peu de sang avant de tomber dans une léthargie de quelques minutes.

Il rouvrait les yeux, éblouit par la lune qui se reflétait à leur surface. Il n'avait plus la même perception de ce qui l'entourait. le monde était changé sans l'être et ce n'était qu'en se relevant et en faisant quelques pas hésitants qu'il s'affaissait à nouveau. il poussait un grognement sans s'en rendre compte et se hasardait dans la forêt sombre. Une odeur vint soudainement le prendre d'assaut ... C'était celle d'une femme ... Il la suivait avec curiosité, s'aidant de ses bras pour ne pas tomber de nouveau dans la neige. Il parcourut ainsi le sous-bois pendant un quart d'heure alors que l'odeur devenait de plus en plus forte jusqu'à en lui faire tourner la tête. Cependant, une autre s'y était ajoutée et elle intimait plus de puissance que la première ... Elle était âcre et avait comme un relent de sang qui le fit grogner une nouvelle fois. Il avait faim. Une fois son équilibre retrouvé au niveau de ses jambes, il s'élançait en une course calme, à regarder partout autour de lui jusqu'à apercevoir de loin une forme qui marchait avec peine et méfiance dans la neige. Il s'en approchait en grondant de faim. S'était la jeune fille qu'il avait flairé il n'y avait de cela que quelques instants. Il se redressa, gonfla le torse et affaissa son visage, laissant sa chevelure noire se hérisser sur ses épaules avant de lâcher un grognement sourd à la femme certainement perdue. Il s'élança, mais ses pattes encore faibles ne le maintinrent pas et il tomba lourdement dans la neige, la laissant s'échapper avant de se relever et de continuer en trottinant légèrement. Il pouvait sentir les deux odeurs qui s'étaient mêlées maintenant et il s'approchait d'elle avant de sentir pour la seconde fois l'odeur de la peur de la jeune fille. A première vue, quelqu'un d'autre s'y attaquait et pourtant c'était sa proie.

Quelques instants plus tard il pouvait voir une importante masse se jeter sur sa proie. Il hurlait alors subitement pour attirer son attention, avant de grogner d'un air de défi, bien qu'il soit toujours faible. Il n'avait eu uniquement le temps de mordre la jeune femme et se tenait maintenant devant lui en grognant, lui aussi pour protéger la nouvelle mordue, ou tout simplement dans l'espoir d'en faire son propre repas. Voilà donc une scène de deux loups, Origniel et Lycan qui se disputaient une proie. A l'instant où les yeux d'or percutaient les siens il fit un pas en arrière. La puissance dont son adversaire regorgeait était immense et il savait au fond de lui qu'il ne pourrait rien contre lui. Cependant, il reporta son regard de nouveau à l'humaine. Une image se forgeait dans son esprit et il s'affaissa subitement. Il ressentait la douleur de la jeune humaine comme si elle eut été sa jumelle ... Comme s'il partageait sa douleur et se replia sur lui-même avant de hurler. A ce même moment le soleil commençait à se présenter. Il avait passé une grande partie de la nuit dehors, et cela faisait environ deux heures que cette apparence lui collait à la peau. Une chaleur nouvelle se répandait dans ses entrailles comme un feu ardent qui revigorait ses forces. Il se redressa et se propulsa avec ses postérieures sur l'autre bête, concentrant le plus de force possible dans son assaut afin de l'étourdir. Elle ne devait certainement pas s'attendre à ça après l'avoir vu se reculer en gémissant comme un chiot qu'on remet à sa place. Bran savait pertinemment que le fauve allait riposter. il fût propulser contre un arbre en poussant un gémissement de douleur alors que l'autre loup s'enfuyait pour une raison qui ne lui venait pas encore à l'esprit. Une forte odeur de feu et de métal envahit alors ses narines ainsi que celles de plusieurs hommes. Sa transformation reprenait et ses hurlements recommençaient. D'abords bestiaux avant de s'atténuer et de reprendre une tonalité propre à des cris de douleur humain. Il était toujours contre l'arbre, la neige anesthésiant légèrement son corps endolori et engourdi. Son dos était douloureux mais la régénération de ses tissus commençait déjà à faire le travail qui leur été propre. Il revint alors dans un état proche à celui du coma. Quand il rouvrait les yeux, il se livrait à la morsure intense du froid et une bande de gitans étaient non loin. Il ne voyait pas encore très net et n'avait strictement aucune idée d'où il était ni comment il était arrivé ici.

~ L'Avenir n'est pas toujours facteur de bonnes nouvelles. ~

Il était rentré ... Il avait retrouvé sa famille, son père et sa soeur. Les gitans l'avait raccompagné à son foyer avant de lui dire au revoir avec méfiance ... Ils savaient qui il était alors qu'il ne le savait pas lui-même. Qui il était ? Devrait-on dire ce qu'il était ... Il poussait la porte en soupirant, s'étirant pour faire craquer son dos puis regarda son père qui lui le fixait tristement. Pendant son absence ... Sa mère s'était faite attaquée par un loup et elle avait périt. Quelques jours après son départ, elle s'éteignit dans la petite maison qui était maintenant pleine du deuil et de la colère du père envers ces maudits loups. Après d'heureuses retrouvailles, un profond deuil de la part de Bran et du reste de la maisonnée et quelques bref échanges dans le dos de leur père, les jumeaux se jurèrent qu'aucun des deux ne livrerait leur secret. Qu'ils ne pouvaient que compter l'un sur l'autre et se méfier de quiconque. Ainsi s'installèrent les habitudes des deux jumeaux Lockwood.

~Ce qu'il advint de cet avenir.~

Ils quittèrent leur père et parcoururent l'Europe ... Au fil des années, devenant plus proche, plus puissants et plus sûrs d'eux. Ils affrontaient maintenant toutes les nuits en dehors de toute société humaine. Se cachant, vivant du sang de leur proies, n'attaquant jamais les humains et se livrant ainsi dans les contrées sauvages à divers jeux de chasse. Il perfectionnaient ainsi leurs techniques jusqu'à proposer leurs services aux meutes voisines, leurs forces amplifiées par le pouvoir de la fraternité qui les unissaient, eux, les jumeaux Lockwood.

Autre ? : ~Hm ... There's Nothing left to say ~


Dernière édition par Bran Lockwood le Mar 21 Déc - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azghar
Originel
avatar

Messages : 708
Messages rp : 19
Date d'inscription : 04/06/2010

Identification
Âge: 1959
Statut: Maitre
Relations:

MessageSujet: Re: Moonlight's calling ~    Mar 21 Déc - 22:27

Bonsoir bonsoir =)

Bienvenu officiellement parmi nous =) Alors niveau ligne rien à redire mais néanmoins il y a quelques incohérences dans ton histoire !

- C'est la pleine lune et l'originel est toujours sous forme loup , alors qu'il devrait être humain
- Bran est toujours sous forme lycan , alors que le soleil s'est levé . Il devrait être à ce moment là redevenu humain .

PS : Les lycans ont la faculté de se transformer toutes les nuits et pas seulement à la pleine lune.


Voilà , merci de modifier tout ceci =)

Bonnes fêtes :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azghar
Originel
avatar

Messages : 708
Messages rp : 19
Date d'inscription : 04/06/2010

Identification
Âge: 1959
Statut: Maitre
Relations:

MessageSujet: Re: Moonlight's calling ~    Mar 21 Déc - 22:52

Bon modification niquel =)

Tu es donc validé !

Bienvenu parmi nous et bon RP !

Pense à remplir ta fiche d'identification ainsi qu'à faire ta demande de lieu de vie =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Moonlight's calling ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Moonlight's calling ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: Préambule :: Les Personnages :: Présentations des Loups :: Présentations des Lycans Validées-
Sauter vers: