AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elowy Malpel
Pro-Vampire
avatar

Messages : 25
Messages rp : 8
Date d'inscription : 21/01/2011

Identification
Âge: 20
Statut: Pro-Vampire
Relations:

MessageSujet: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Jeu 3 Fév - 1:24

La télévision déversait sur la demoiselle, affalée sur son lit, un flot de paroles rapide et invraisemblables. Visiblement, alors qu’elle était partie en week-end à la campagne, la Coalision avait décidé d’œuvrer avec des créatures des ténèbres pour mener à bien leur objectif commun. Ca n’avait pas de sens… aux yeux de la jeune femme, ces « bêtes » étaient terrifiantes, leur envergure, leur formes musclées et leur puissance n’avait rien d’humain… Ce n’était pas des humains d’ailleurs… du moins pas tout le temps. Une vidéo amateur avait filmé les quelques secondes ou les bestioles s’étaient trouvées sur le bat coté de la route, l’image repassait en boucle dans tous les journaux d’information télévisé, laissant la demoiselle dubitative. A l’hôpital ca allait aller bon train. Chacun ira de sa petite anecdote farfelue pour insinuer que la présence de telle créature était normale et qu’ils n’étaient pas méchant.

Malgré la bonne pub que leur offrait les médias, la rouquine n’adhérait pas, ce n’était qu’une justification de plus pour leur petite chasse sanguinaire. Eteignant la télévision, la jeune femme se laissa glisser hors de son lit, abandonnant sa couette moelleuse, elle était du service de nuit aujourd’hui, ca ne l’enchantait guerre, mais personne n’avait voulu échanger avec elle. Les gardes de nuits à l’hôpital était toujours un peu agitées qu’en journée, certains patient était littéralement horrifier par ce qui pouvait grouiller dehors, et avec ce genre d’évènement, ca ne pourrait qu’empirer. En plus, avec la chance qu’elle avait, elle se retrouverait toute seule pour un service entier… Un soupir lui échappa, d’avance cette nuit l’exaspérait.

Récupérant sa blouse blanche, la fourrant dans son sac à dos nounours, la demoiselle regarda l’heure en soupirant, il lui restait à peine 5 minutes avant de partir. Elle jeta un coup d’œil par la fenêtre, les rues semblaient un peu moins peuplées, à moins que ce ne soit son imagination. Tout le monde n’avait peut-être pas apprécié cette nouvelle union. Un petit bip la sortit violement de ses pensées, il était l’heure de partir… L’envie n’y était vraiment pas, et rien qu’a l’idée de traverser la ville seule à pied, elle n’était pas rassurée. Pourtant, la speakerine avait bien insisté sur le fait que les loups-garous n’étaient pas hostiles aux humains… ca sonnait étrangement comme une des jolies comptines que sa mère lui racontait avant… un tissus de délires ou chacun y voyait que ce qu’il voulait y voir…

Haussant une épaule, comme pour se dire que ce n’était rien, la rouquine quitta son petit appartement et se faufila rapidement entre les passants restants dans la rue. L’hôpital n’était pas excessivement loin, pourtant, ce soir, la distance lui semblait affreusement longue à traverser. D’autant plus, qu’il lui semblait être suivit. Cette ombre noire et épaisse depuis qu’elle avait quitté son immeuble ne semblait pas être celle d’un simple passant, et puis pourquoi ne l’avait elle pas distancée à la vitesse à laquelle elle allait ? La jeune femme n’osait pas se retourner pour voir ce qu’il en était, accélérant un peu plus le pas, laissant sa panique et son angoisse prendre entièrement possession de son esprit.

Elle bifurqua mainte fois, espérant semer ce qui la suivait, prenant des petits détours, finissant même par se retrouver dans une ruelle inconnue. Il y faisait extrêmement sombre, le lampadaire unique grésillait, peinant à éclairer correctement le lieu, donnant des formes étrange à l’ombre qui ne l’avait toujours pas lâchée. Dans un moment de panique, en baissant la tête sur la forme noire, Elowy eu l’impression de voir des griffes, et une longue queue ébouriffée. Ne cherchant pas à différencier le vraie du faux, la demoiselle se précipita contre la porte d’une boutique encore ouverte. Vu l’heure tardive, elle avait pensé à un pub, ou un restaurant, elle s’arrêta donc au pas de porte, reprenant difficilement sous souffle avant de lever la tête pour s’excuser de son irruption peu conventionnelle. La surprise étouffa ses mots, au lieu de tables joliment agencée, ou de photophores colorés dans un coin, un mannequin de plastique, vêtue d’une robe de soirée l’accueillait. La demoiselle parcouru rapidement la pièce des yeux, ca ressemblait à une mercerie, il y’avait des étoffes de toutes douleurs et de toute matière entassées sur un siège finement ouvragé, quelques vêtements étaient exposé derrière un comptoir ou se tenait un jeune homme qui la regardait apparemment étonné.

Un jeune homme ?! A oui… son entrée fracassante… Approchant du comptoir, tachant de respirer plus lentement, la demoiselle sourit péniblement, son cœur battant encore à tout rompre.


« Veuillez m’excuser, j’avais l’impression d’être suivit par une grosse bête…. Je sais c’est stupide… J’espère ne pas vous avoir effrayé en entrant ainsi ici.. »

En même temps, il y’avait de quoi, elle était venue rompre le calme de la boutique sans prévenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Psy
Mordu
avatar

Messages : 162
Messages rp : 3
Date d'inscription : 25/01/2011

Identification
Âge: 20 ans
Statut: ...?
Relations:

MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Jeu 3 Fév - 23:25

Couché tard, levé matin,
C'est pas ça qui fais du bien.
De l'eau claire et du pain vieux,
ça ne rend pas vigoureux...


Mouais.
J'ai connu mieux comme chanson de réveil... C'est un problème ça. Entre autres. je me réveille tout le temps avec une chanson en tête. Pas toujours super intéressante, la chanson... Hier c'était "L'assassinat du citoyen Marat dans son bain par la perfide Charlotte Corday. " Y'a de la joie !
Et puis, après tout, moi c'est plutôt Levé tard, couché matin. Parce qu'il fais nuit a mon réveil. Bien obligé ! A moins de me ruiner en crème solaire, et je n'y tiens pas. D'ailleurs, je voudrais que j'aurai pas les moyens !

Je m'étire en baillant. Je dors mal, ces derniers jours. Et ça fais quelques temps que je n'ai pas mangé. A cette seule pensée, mes crocs me démangent. Oui, alors, techniquement parlant, c'est pas possible, bien sur, mais... Peut-on parler de Phantom Limb dans ce cas là ? J'en doute, mais tant pis.
Un brin de toilette, et je m'enfuis de chez moi. Je ne veux pas retarder la patronne a rentrer chez elle. Elle attend toujours de me voir avant de partir. C'est une femme charmante. Toujours un mot gentil, pleine d'attention. Elle me dit toujours qu'elle est désolé pour ma sœur, et que j'ai de l'avenir en couture. Là, je l'arrête, j'aurai de l'avenir si j'arrive a me départir de l'impression d'être un sale pédophile fétichiste a chaque fois que je couds un vêtement d'enfant...

Je prend mes patrons, mes croquis, et mon petit matériel. Il y en a a la boutique, mais j'aime bien utiliser ce que j'ai récupéré d'Aneth. Je dis au revoir aux chaises et a tout les objets de mon appartement, et je m'en vais.
Oui, ça fais bon a enfermer, mais j'en ai besoin. Et j'ai le droit de parler a mes casseroles si je veux, d'abord ! Na mé !

Mlle Louise, ma patronne, me salue a mon arrivée. Nous discutons 5mn, puis elle s'en va. Sa famille l'attend. Son mari, ses enfants. Foutredieu, je suis jaloux. Si j'avais eu une mère comme ça.
Je me met des claques. Attitude parfaitement, farpaitement, parfaitement stupide. Ressasser le passé est une perte de temps. Et puis j'ai été heureux...
Suffit, au travail.

un papier sur la table m'indique mon travail de cette nuit :
URGENT :
- Ajuster la robe bleue sans manche aux mesures ci-jointes.
- Refaire les ourlet du smoking blanc.

+ si possible : Réparer le costume de princesse, mais c'est pas super pressé.

Traduction : Fais les ourlets, commence la robe, et continue ton projet de vêtement.
Mais avec plaisir !
J'attrape le smoking, m'assoie a ma table, sors la machine a coudre et me met au travail. ça avance vite, ce n'est pas compliqué. C'est fait en 1/4 d'heure. Je m'attaque a la robe. C'est un travail mécanique, mon esprit s'évade. J'oublie mon ventre qui grogne.

J'ai bien avancé la robe, quand quelqu'un entre en trombe dans le magasin. Une jeune fille. Une cliente a cette heure-ci ? C'est rare, d'habitude ce sont des hommes... Elle a l'air d'avoir eu peur.

« Veuillez m’excuser, j’avais l’impression d’être suivit par une grosse bête…. Je sais c’est stupide… J’espère ne pas vous avoir effrayé en entrant ainsi ici.. »


Tsss... Faut-il être idiot pour se balader seule a une heure pareil ! Je ne le dis pas, évidement... Politesse oblige. Je hais la politesse, je crois.
Je lui fais un grand sourire, et lui offre une chaise.

- Je vous en prie ! Ce n'est pas un problème ! Asseyez vous, reprenez votre souffle. Si vous avez besoin de qui que ce soit, demandez !

Voilà, j'ai fais mon boulot. Mais... Cette fille ne devrais pas craindre les bêtes a l'extérieur, mais celles a l'intérieur. Je suis le plus grand danger a l'heure actuelle. Mon estomac est au supplice, et son odeur me donne tellement envie de la croquer, que je crois que je vais tourner de l'œil.
Si j'arrive a me contrôler, cela dit... Cette fille a les proportions parfaites pour mon projet personnel. J'aurais moins de mal avec un mannequin de chair et de sang.

Mon malaise m'empêche de me concentrer... J'ai déjà du mal a faire la conversation aux inconnus en temps normal, c'est pire !
J'attend qu'elle brise le silence, et je continue mon travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elowy Malpel
Pro-Vampire
avatar

Messages : 25
Messages rp : 8
Date d'inscription : 21/01/2011

Identification
Âge: 20
Statut: Pro-Vampire
Relations:

MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Ven 4 Fév - 0:52

Acquiesçant d’un signe de tête, tout en remerciant le jeune homme d’un sourire chaleureux, la demoiselle se posa sur la chaise, tachant de se calmer. Pour peu, elle tremblotait presque alors qu’elle n’avait rien vu et ne savait même pas si elle s’était fait des idées. Regardant anxieusement par la baie vitrée de la boutique, elle ne voyait rien bouger à l’extérieur, pas d’ombre, pas de forme étrange, rien, comme si son imagination avait tout construit. Pourtant il y’avait bien eu des bruits de pas derrière elle. Elle soupira, secouant la tête de gauche à droite, faisant se relever les nœuds noirs logés dans ses couettes et observa la l’enseigne qui l’accueillait.

Le jeune homme avait repris sa place et semblait coudre quelque chose. C’était bien une mercerie, ou quelque chose qui s’y apparentait. Curieuse, Elowy se leva et regarda les mannequins en exposition, les robes de soirées présentée et les costards à queue de pied. C’était un monde différent de ce qu’elle avait pu côtoyer jusqu’à présent, et elle s’attendait presque à tomber sur une robe de princesse dans un coin de la pièce. Arrivant au niveau du comptoir, elle plaça ses mains derrière le dos et regarda ce qu’il faisait.


« C’est vous qui confectionnez tout ceci? c’est vraiment joli, je serait incapable de faire de même, vous êtes doué ! »

Elle regardait ses mains placer le tissus de certaine façons et bouger gracieusement quand le bip de sa montre la fit sursauter. Ah bah voila… Elle était en retard… Et en plus, elle ignorait totalement où elle pouvait bien se trouver. Tournant rapidement les talons, elle jeta un coup d’œil dehors, un frisson la parcouru, lui rappelant qu’elle ne voulait pas sortir de la. En plus, le pauvre lampadaire dehors semblait avoir de plus en plus de mal à remplir son rôle et déformait toutes les silhouettes qui le croisait. Mais ?!? Il faisait nuit ! Depuis quand les merceries restaient aussi longtemps ouvertes ?! Son regard glissa sur le jeune homme, l’observant. Maigrichon, pas bien grand –bien que plus qu’elle, ce qui n’était en soit pas très dur- il ne payait pas de mine, et ne semblait pas vraiment être un oiseau de nuit. La gamine inclina la tête de coté, le regardant les yeux tout rond et lui sourit timidement.

« Vu l’heure… Ne devriez-vous pas être déjà en train de fermer ? c’est rare quand même ce genre de commerce encore ouvert. »

Au delà de la sa curiosité, la demoiselle espérait qu’il allait fermer la boutique et qu’elle pourrait le suivre jusqu’à la grande route pour plus de tranquillité. C’était ironique, elle qui n’aimait pas dépendre des autres, attendais fébrilement après un inconnu dans une petite boutique de tissus. C’était presque comme l’autre nuit dans les plaines… presque hein ? Car là bas, y’avait rien qui faisait peur, et même si la demoiselle inconnue n’était pas très bavarde c’était plus un compromis, vue que toutes deux s’étaient retrouvée dans le noir ! Cependant, la rouquine, en rajouta, l’envie de sortir d’ici toute seule ne l’enchantant pas.

« Je peux vous aider à fermer si vous voulez, pour vous remercier de m’avoir laisser m’apaiser ici.. Enfin si on peu dire. »

En même temps… Elle ne lui avait pas trop laissé le choix… Ce serait la moindre des choses. Regardant au tour d’elle pour voir si quelque chose avait été dérangée, elle trouva une paire de ciseaux au sol, ouvertes, elle s’accroupit pour les ramasser, mais ceux-ci lui glissèrent des mains, entaillant légèrement la paume de ses mains, faisant perler quelques gouttes de sangs en son creux. Grimassant, la jeune femme soupira, exaspérée… au boulot c’était la même, s’il y’avait quelque chose de coupant, c’était pour elle… Le reposant sur le comptoir, tenant sa main coupée en l’air, elle fit glisser son sac nounours pour dénicher un mouchoir de papier dedans.

« Tenez, ca trainait.. par contre.. Je suis pas contre un pansement si vous avez, je suis pas sure d’en avoir sur moi ! »

Autant même dire qu’elle était certaine d’avoir rien dans son sac a part son repas du soir et sa blouse de l’hopital…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Psy
Mordu
avatar

Messages : 162
Messages rp : 3
Date d'inscription : 25/01/2011

Identification
Âge: 20 ans
Statut: ...?
Relations:

MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Ven 4 Fév - 22:06

Je la sens qui m'observe coudre. Sans doute l'étonnement de voir un homme a ce poste... Beaucoup de clients m'ont fais cette réflexion.

« C’est vous qui confectionnez tout ceci? c’est vraiment joli, je serait incapable de faire de même, vous êtes doué ! »

Je ne répond pas, je ne suis pas sûre qu'elle m'écoute. Elle a l'air captivée par les vêtements. ça me fais plaisir, j'aime que mon travail plaise. Même si tout n'est pas mon fait, évidement. Une moitié seulement. L'autre moitié sont des fringues de l'équipe diurne.
Elle me dévore des yeux pendant que je travail. Pas désagréable. Moi j'ai envie de la dévorer tout court. Je pense qu'elle aimerait moins. Je l'observe du coin de l'œil. Elle est pas mal. Un peu trop petite a mon goût, mais bien faite de sa personne. Avec de très beau cheveux. Ils attirent la lumière des lampes, et leurs reflets ressemble a des flammes. Par contraste, ses grands yeux bleus semblent de l'eau calme. Vraiment très amusant, et assez beau. ça serait intéressant de lui coudre une robe, ou une tenue. Devoirs assortir l'eau et le feu, et mettre les deux en valeurs...
Je continue ma robe machinalement, échafaudant déjà une ébauche de robe pour cette demoiselle. Comme toujours dans ces moments là, mon corps s'éloigne de mes pensées, et mon envie de sang diminue.
Chic !

« Vu l’heure… Ne devriez-vous pas être déjà en train de fermer ? c’est rare quand même ce genre de commerce encore ouvert. Je peux vous aider à fermer si vous voulez, pour vous remercier de m’avoir laisser m’apaiser ici.. Enfin si on peu dire. »

Hum... Comment expliquer ? Je m'arrête un instant dans mon travail et la regarde franchement. Je cherche quelque peu mes mots.
Au moment ou j'ouvre la bouche pour répondre, elle se baisse. Je la suit des yeux, et remarque la paire de ciseaux. Le voyant "ALERTE" s'allume aussitôt dans ma tête, mais avant que j'ai pu lui dire de les laisser au sol, elle tend la main et se coupe.
L'odeur du sang m'assaille aussitôt. Je sens le mien se retirer de mon visage, je suis sûr d'être plus blanc qu'un mort. Pour un type qui s'appelle Otto Psy, c'est drôle.
Je me lève brusquement et m'éloigne d'elle. La jeune fille se rapproche. Mais elle cherche les problèmes, ma parole ! Elle tamponne sa main, et me demande un pansement. Ben tiens.
Je sors de la pièce avec précipitation, et claque la porte derrière moi.

- Je... Je vais vous chercher ça. Essuyez le sang du mieux possible, en attendant, et jetez le mouchoir.


Je me précipite aux toilettes pour vomir. Me retenir de la mordre est un supplice. Mais je ne peux pas faire ça dans le magasin !
Je n'ai que de la bile a rendre. Je me rince la bouche et me passe de l'eau sur le visage. Je croise mon reflet dans la glace. J'ai encore plus une tête de déterré que d'habitude.
Je vais lui faire peur, pauvre petite...
J'attrape un pansement et je la rejoint. A peine entré, je retient ma respiration, et vais ouvrir une fenêtre. Il faut que l'odeur parte, ou je ne répond plus de rien !

Je m'assois a côté d'elle, et lui attrape la main. Je met le pansement. J'ai les mains qui tremble, j'ai l'impression d'avoir de la fièvre, je transpire. Mon dieu... Encore un peu de contrôle !
- En rentrant chez vous, désinfectez, ça vaut... ça vaut... Mieux...

Je n'y tiens plus. Je l'attire a moi, et glisse mon visage dans son cou. Je hume son odeur. ça serait agréable si je n'avais pas si faim. mais je ne peux pas ! Je ne dois pas ! Elle est éveillée, elle pourrait me dénoncer. Mais j'ai si faim.
Je tremble comme un damné, ne sachant que faire. Je répugne a m'éloigner. Je le dois, mais... Je sens sa carotide battre follement contre ma joue...
*Que quelqu'un m'aide ! Pitié !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elowy Malpel
Pro-Vampire
avatar

Messages : 25
Messages rp : 8
Date d'inscription : 21/01/2011

Identification
Âge: 20
Statut: Pro-Vampire
Relations:

MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Ven 4 Fév - 22:57

Comprimer la plaie, à oui, pourtant ce n’était pas profond, il suffisait de la lécher ! Bien que ca fairait bizarre avec toutes ces histoires de créatures de la nuit. Avec la situation actuelle, la demoiselle avait l’impression que les faits et gestes de chacun étaient toujours observés. Du coup, acquiesçant d’un signe de tête, la rouquine cherchait où jeter son mouchoir, pendant le jeune homme disparaissait dans une pièce à l’arrière mais à bien chercher, coté client y’avait rien pour vider ses poches, et puis, dès qu’elle soulevait le mouchoir ca saignait de plus belle… Pour le coup, elle ne sut trop que faire et attendit que l’employé revienne.

D’ailleurs, il avait fait vite, et a bien le regarder –et non pas car il était plaisant à la vue- il ne semblait pas très bien, comme malade. Pourtant, il lui attrapa la main avec vigueur, se penchant dessus pour lui coller un pansement, lui conseillant de rentrer vite fait. Rentrer…. Elle ne savait même pas où elle était… Secouant la tête énergétiquement de droite à gauche, se donnant des coup de couettes par la même occasion, la jeune femme expliqua ce qu’il en était


« Je … Je veux pas sortir toute seule… je ne sais même pas où se trouve cette boutique… je me suis égarée… et puis… Vous semblez vous sentir mal. Je vais pas vous laisser comme ca.»

Elle allait poser sa main sur son front pour vérifier s’il avait de la fièvre, mais il l’en empêcha, l’attirant à lui, se logeant rapidement dans son cou, tremblotant. Surprise et rougissante, la jeune femme resta muette un instant, ne sachant pas que faire. Mais un frémissement provenant du jeune homme contre elle réveilla. Machinalement, elle avait coupé sa respiration, comme si elle redoutait qu’il ne fasse quelque chose de bizarre.

*Humph? Il fait quoi lui?*

Mais après tout, il y’avait il réellement quelque chose à craindre ? Chassant ses idées stupides, et essaya de sortir de l’étreinte de l’inconnu, tachant de le déloger de sa nuque. Sa respiration contre sa peau lui donner des frissons, faisant accélérer son cœur, elle essayait de se reprendre, pensant au coté médical, y’avait bien quelque chose qui clochait, le jeune homme donnait l’impression qu’il allait s’effondrer, comme une crise d’anémie ou d’hypoglycémie !

Ne sachant comment placer ses mains, elle les glissa sur les hanches du jeune homme, le poussant en arrière légèrement pour l’inciter à s’assoir et non à se reposer sur elle. Mais visiblement, cela n’avait aucun effet. Elle baissa les yeux pour essayer de le voir, et sourit faiblement.


« Depuis quand n’avez-vous pas mangé ? Vous tremblez de tous vos membres. Je suis infirmière, je dois pouvoir vous aider. »

Autant que ce métier prit par vocation soit utile également en dehors du travail. Et puis, de toute façon, elle ne voulait pas sortir, l’ombre qu’elle avait vu, elle était sure de ne pas l’avoir imaginé, et encore moins que c’était parti suffisamment loin pour ne pas se retrouver nez à nez devant elle. Et quand bien même les infos avaient dits que les loups étaient là pour aider à lutter contre les vampires, elle n’avait jamais eu de soucis, et sa mère elle-même, ne nourrissait aucune animosité envers ce genre de créature. C’était bien ces choses poilues qui étaient effrayantes ! En plus, qui laisserait un garçon aussi maigrichon, dans un tel état ? Infirmière ou non, ca se faisait pas.

Lâchant le jeune homme –vu que ca n’avait aucun effet-, Elowy lui tapota la tête, juste pour être sure qu’il avait saisit ce qu’elle lui avait dit, car pour le coup, elle en doutait, et sa proximité avait tendance à la troubler. Du peu qu’elle avait vu, il était joli garçon, et au delà de ça, c’était un jeune homme, c’était largement suffisant pour la perturber en le voyant ainsi niché au milieu de ses cheveux.


« Euh… Si vous me lâchiez, je suis certaine que je pourrai faire quelque chose pour vous.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Psy
Mordu
avatar

Messages : 162
Messages rp : 3
Date d'inscription : 25/01/2011

Identification
Âge: 20 ans
Statut: ...?
Relations:

MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Dim 6 Fév - 0:00

Cette idiote tente de me repousser doucement. Elle ne doute de rien... Bon sang, elle est seule avec un type qu'elle ne connait même pas, et elle se laisse étreindre ! Elle n'a pas peur de se retrouvé violée dans un coin sombre ? Bien sûr, ça n'est pas dans mes intention, mais qu'en sait-elle ? J'aurais été elle, j'aurai déjà planté les ciseaux dans le corps de l'impudent qui me prendrait ainsi dans ses bras ! Ils sont a porté de main... Et ils coupent bien, elle l'a vu ! Alors qu'attend-elle ?
J'ai peur de ce que je vais lui faire. Sa peau est douce contre la mienne, on dirait une pèche. Et chaude, si chaude...

Ma fille, craint les buveurs de sang,
Ne sort point seule la nuit.
Ma fille, craint les enfants de Satan !

Ma fille, s'il veulent te faire leur mie,
Alors si tôt, et sans trembler,
Ma fille, tue toi pour n'être point damné !

J'ai envie de lui rappeler cette chanson qui court les quartiers proches de la coalition...

Tsss... Elle trouve que j'ai l'air mal ?! J'ai envie de lui hurler que c'est de sa faute ! Qu'elle parte et ça ira mieux ! Qui m'a fichue un imbécile pareil ! Avoir peur du noir a son âge !
J'ai a la fois envie de rire et de pleurer. Je suis agité de soubresauts. Dommage... Elle est plutôt jolie. J'aurais pu tenter de lui faire la cour. Après tout c'est une jeune femme... Ma raison me dit de m'éloigner, mon corps veut que je la garde dans mes bras. Mon âme me dit de ne pas lui faire de mal, mon esprit logique me dit d'assouvir ma faim.
Je suis écartelé mentalement.

Et elle ose me demander depuis combien de temps je n'ai pas mangé. C'est pitoyable. Je suis pitoyable. Un sale type, un pauvre minable. Je vais la lâcher, la jeter dehors, et fermer la porte a clef ! Tant pis pour elle si elle a un peu peur !
.......
... Pourquoi mon corps ne réagit-il pas ?!

« Euh… Si vous me lâchiez, je suis certaine que je pourrai faire quelque chose pour vous.. »


J'ai changé d'avis. ça n'était pas la chose a dire. Je craque, c'est finit.
Tant pis pour moi, dommage pour elle.
Je ricane, et me redresse un peu. J'approche ma bouche a quelque millimètres de son oreille.

- Oh, moi aussi, j'en suis sûr. Mais je ne vais pas te lâcher, petite fille... Non, non, nooon...

Je redescend a son coup, et lèche doucement la zone de son coup qui m'intéresse. ça lui fera moins mal quand mes crocs pénétreront. Sans lui laisser les temps de réagir, j'enfonce brusquement mes canines dans sa chair tendre.
J'atteins rapidement la carotide, et le sang s'engouffre dans ma gorge. C'est une véritable délivrance ! Son sang est doux et sucré, un vrai délice. Et je sens ma faim s'apaiser. Je me détend progressivement. Elle ne devrait pas tarder a s'évanouir, a la vitesse a laquelle je bois... Encore une ou deux gorgées, et je m'arrête.
Je me retire délicatement, et aspire les gouttes qui ont roulées dans son cou. Je ne veux rien perdre de ce nectar délicieux.
Je m'éloigne un peu d'elle, mais la garde dans mes bras. Ou elle est évanouie, ou ça ne va pas tarder.
Je la fixe dans les yeux. Qu'elle est pâle...!
Et tout ce que je trouve a faire, c'est lui chantonner :

- Ma fille, craint les buveurs de sang,
Ne sort point seule la nuit.
Ma fille, craint les enfants de Satan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elowy Malpel
Pro-Vampire
avatar

Messages : 25
Messages rp : 8
Date d'inscription : 21/01/2011

Identification
Âge: 20
Statut: Pro-Vampire
Relations:

MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   Dim 6 Fév - 1:25

Ses paroles ne servaient à rien, pas plus que ses gestes apparement… Un soupire lui échappa, ca commençait à devenir pénible et franchement gênant… Il pourrait au moins lui répondre ?! Dire quelque chose, voir même bouger au lieu de faire le mort ! Quoique… Il avait murmuré quelque chose non? Quelques mots étranges. D’où elle avait l’air d’une petite fille ?! En plus ca ressemblait plus à une comptine qu’autre chose, malheureusement ca ne lui dit rien, et autre chose capta son attention. Ce n’était pas un bout de langue qu’elle avait sentit dans son cou ? N’ était il pas en train de lécher sa peau doucement, la faisant frissonner et rougir de plus belle, lui laissant imaginer tout et n'importe quoi, lla laissant se demander ce qu’il lui prenait. Un pervers ? La demoiselle haussa un sourcil, vu son état, il ne pourrait pas abuser d’elle, à moins qu’il ne cherche autre chose ! Mais cette réflexion lui caressa l’esprit que lorsque sa peau se déchira brusquement, lui arrachant un cri de stupéfaction et de douleur... trop tard pour avoir pensé à l'éventualité de la réele existance des vampires maintenant...

Se débattre, le pousser, ou le laisser faire ? La douleur lancinante laissa place à une sensation pénible et étrangère, comme si son flux vitale s’échappait, aspiré par le jeune homme, comme si…. Elle ferma les yeux, se sentant mal, laissant la douleur s’évanouir pour ne laisser place qu’à un étrange sentiment de déjà vu. Non, ce n’était pas possible... Jamais on ne l’avait mordu… Jamais elle n’avait sentit quelque chose de ce genre… mais d’où vient cette sensation familière ? D’où ce sentiment de peur s’était évanouit a peine avait il enfoncé ses crocs ? Un visage familier lui revint à l’esprit, doux, souriant, apaisant, c’était celui de sa mère. Elle revenait de ses sorties nocturnes, encore une fois accompagnée d’un inconnu, et Elowy, elle, elle s’était réveillée à ce moment la, elle s’était levé et avait poussé la porte de la chambre de sa mère… Coïncidence ou non, le jeune homme ôta sa bouche de son cou blanc au même moment, lui laissant pleinement profiter du souvenir qui venait la frapper encore plus violement… dans la chambre de ses parents, sa mère semblait blessée mais se laissait faire…

La terreur et le doute de l’époque lui fit reprendre conscience, entendant progressivement la voix du jeune homme lui chantonner un refrain inconnu. Ses yeux s’ouvris avec difficulté, et l’idée de le pousser violement loin d’elle lui était venue comme une évidence, mais son manque de force la rappelait douloureusement à l’ordre. Elle soupira, leva une main, et donna une bursque tape à l’arrière de la tête du jeune homme.


« Abrutis ! »

Elle n’était pas spécialement énervée, extrêmement lasse certainement car cet imbécile avait du boire un peu trop. Elle réitéra sa tape, un peu plus fort, la tête commençant à ne plus trop lui tourner, mais cela ne suffirait pas à la tenir. Ses jambes se dérobèrent sous elle, la faisant chuter devant le jeune homme. Sérieux, il avait abusé là… mais étrangement, elle ne lui en voulait pas tant que ça. Elle était vexée d’être prise pour un simple steak haché, alors qu’il aurait tout simplement pu demander –bien qu’elle doutait qu’elle aurait acceptée- ! Mais, au-delà de ca, il lui semblait avoir une des réponses à ses nombreuses questions autre fois laissées vacances. Elle lui aurait bien dit sa façon de penser à ce charmant vampire, mais, cet idiot semblait avoir jugé inutile de lui laisser suffisamment de force pour cela.

Accroupit sur la moquette de la boutique, les bras posés sur les genoux du jeune homme, elle releva quand même la tête et le fixa froidement. Il lui faudrait quelques minutes pour arriver à rassembler correctement ses idées et que son taux d’hémoglobine ne remonte. Avec un peu de chance cet ahuri ne l’aura pas anémié en conséquence. Gardant le silence jusqu’à ce qu’à ce que ses yeux lui rendent une vue clair, elle adressa à l’inconnu un sourire en coin, lourd de reproches et fini par reposer sa tête sur ses genoux, fermant les yeux un instant, le temps de prendre la parole sur un ton désabusé.


« On vous a jamais demandé à demander ? Tachez de me trouver du sucre ou quelque chose du genre rapidement, ou achevez moi. Mais appliquer cette seconde suggestion ne serait pas pour vous rendre service. Après tout, vous m’avez aidé en me mordant, et mes collègues vont me chercher. »

Elle sourit en terminant sa phrase. Sa mère n’était pas folle après tout, et elle était peut-être même encore en vie d’ailleurs, quand à son père, elle ne voulait même pas savoir à qui appartenait le sang qui recouvrait ses chemises. Malgré tout, Elowy ne voyait pas quel genre de plaisir sa mère pouvait trouver dans ce genre de pratique, c’était douloureux, même maintenant, alors que ses crocs n’était plus enfoncé dans sa chair, elle sentait une brulure désagréable et piquante. Un nouveau soupir lui échappa, soulevant suffisamment le poids de son cœur douloureux pour lui faire lever une nouvelle fois la tête. Sa vision redevenait enfin claire. Elle enleva ses bras qui étaient encore posé sur l’inconnu les posant de chaque coté de ses propre cuisse avant de toucher les deux petits trous qu’il lui avait fait. Le sang perlait encore un peu, elle écrasa les deux gouttelettes du bout de deux doigts les lui tendant, le fixant avec arrogance.

« Vous auriez pu faire ca bien au moins a défaut de vous nourrir intelligemment ! »

Bah oui ! C’était complètement stupide de la mordre alors qu’elle avait accès à des pochettes de sang directement à son boulot, lui aurait suffit de demander et de l’accompagner à l’hôpital ! Mais non ! A croire que les vampires étaient comme les humains, toujours à agir avant de réfléchir. Elle ne l’avait pas quitté des yeux, d’autant plus que l’attitude du jeune homme avait du lui faire l effet d’une injection d’adrénaline vu qu’elle ne s’était pas évanoui. Elle suçota elle-même ses deux doigts qui abritaient les deux gouttes de sang, attendant que le petit couturier se lève.

« Je dirais rien si c’est ca qui vous inquiètes, et pour votre gouverne vous ne me faites pas peur ! »

Elle lui aurait bien tiré la langue pour illustrer ses propos, mais elle préféra se glisser contre le comptoir pour s’y appuyer. Elle en profita pour faroufouiller dans son sac ouvert qu’elle avait toujours accroché à une épaule, chercha une sucette et commença à la mâchouiller. Ca suffirait pas, c’était sur, mais c’était un début.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dis? Elle est partie la bestiole? [Pv Otto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: La Ville :: Banlieue-
Sauter vers: